Concurrence sur le marché des biens & services et coût des capitaux propres | SCBS

Concurrence sur le marché des biens & services et coût des capitaux propres

Depuis la fin du 19ème siècle, de nombreuses lois ont été adoptées visant à réduire la concentration économique et à encourager la concurrence libre dans le but de limiter la dominance des grandes entreprises qui risquent de nuire aux intérêts des consommateurs. Face aux changements des environnements concurrentiels que ces lois ont apporté, la question de l’effet de la concurrence sur le marché des biens et services sur les entreprises a suscité l’intérêt des chercheurs, des professionnels, et du régulateur qui se sont interrogés sur l’efficacité de la concurrence comme un mécanisme permettant d’améliorer la performance et la productivité des entreprises. La concurrence pourrait conduire à l’augmentation du risque de faillite pour les entreprises. Ceci est dû au fait que les entreprises qui opèrent dans des environnements concurrentiels sont moins profitables en raison de leur incapacité d’ajuster leurs prix de vente en fonction de leurs coûts de production. Cette diminution des profits peut alors conduire à une grande sensibilité des entreprises à la conjoncture économique, qui se traduirait par une hausse du risque de faillite. Le risque de faillite lié à une concurrence accrue sur le marché des biens et services pourrait aussi agir comme un mécanisme disciplinaire en influençant le comportement des dirigeants au sein des entreprises. En effet, l’intensification de la pression concurrentielle pourrait inciter les dirigeants à améliorer les résultats futurs de l’entreprise en prenant des initiatives pour créer un réel progrès technique et pour prendre des décisions efficientes, lesquelles contribuent à la création de la valeur et à l’enrichissement des actionnaires. La concurrence sur le marché des biens et des services serait ainsi un mécanisme efficace qui permettrait de réduire les conflits d’intérêts entre les managers et les actionnaires.

Les études récentes ont montré que la concurrence sur le marché des biens et services pourrait influencer la valeur de l’entreprise à travers son impact sur le taux de rentabilité exigé par les actionnaires. D’une part, les actionnaires pourraient exiger un taux de rentabilité élevé lorsqu’une entreprise opère dans un environnement concurrentiel, suite au risque de faillite auquel elle est exposée. D’autre part, le taux de rentabilité exigé pourrait être faible en raison de l’effet disciplinaire de la concurrence qui constitue un mécanisme de résolution de conflits d’intérêts entre dirigeants et actionnaires. Les résultats des études empiriques ont montré que la concurrence sur ce marché a un effet négatif sur le taux de rentabilité exigé par les actionnaires. Cet impact négatif est particulièrement significatif dans les entreprises qui souffrent principalement d’une mauvaise gouvernance. Ce résultat corrobore ainsi l’effet favorable de la concurrence qui permet de discipliner le comportement discrétionnaire des dirigeants, notamment en les incitant à fournir plus d’effort pour protéger leur entreprise contre le risque de faillite.

Auteur: 
Sabri Boubaker