Prendre rendez-vous

Télécharger la brochure

Haut de page

 Les métiers de la data après une école de management

Actualités

Actualités de l'école

Les métiers de la data après une école de management

En 2004, Mark Zuckerberg créa Facebook. En 2007, Steve Jobs lança le premier iPhone. 10 ans plus tard, la revue The Economist faisait grand bruit en publiant un article intitulé « La ressource la plus précieuse du monde n’est plus le pétrole, mais les données. ​» En vingt ans, notre économie a été transformée comme jamais par l’avènement du numérique. Or, qui dit numérique, dit aussi big data. Les données sont au cœur de l’écosystème économique du 21e siècle. Elles aident à prendre des décisions, à développer des applications, elles se partagent, se vendent, facilitent la mise en relation et sont indispensables pour structurer son activité. Le problème, c’est que 86% des entreprises affirment qu’elles pourraient aller encore plus loin avec leurs données, que 74% déclarent que leur écosystème de données est si complexe qu’il en limite l’agilité, et que 50% estiment que les données sont inaccessibles à la plupart des décideurs. Des chiffres qui illustrent bien la complexité et le paradoxe de la donnée : elle est indispensable, mais mal maîtrisée.

 

C’est pour tenter d’y remédier que les métiers de la donnée se développent très rapidement en entreprise. Les écoles de management ne s’y sont d’ailleurs pas trompées en développant des spécialités autour de la gestion de la donnée et du marketing digital pour des métiers pluridisciplinaires qui oscillent entre marketing, droit, ingénierie, informatique et numérique. Illustrations et exemples de métiers ouverts aux diplômés d’école de management.

Data Analyst

Sa fonction consiste à créer des bases de données qui puissent être utilisées par les différents services de l’entreprise. C’est un travail qui est lié à l’étude et l’analyse des chiffres. Pour cela, il doit s’assurer que les données avec lesquelles il travaille soient pertinentes, qualitatives et saines, car c’est sur ces analyses et recommandations que des prises de décisions majeures peuvent se prendre.

Le data analyst est un pilier de la gestion de l’information qui travaille souvent en proximité immédiate avec le service marketing d’un côté et le data scientist de l’autre. En entreprise, il collecte, organise, analyse et fait parler les données. Il peut aussi contribuer avec des ingénieurs ou informaticiens à conceptualiser des algorithmes dans le cadre d’une application ou d’une fonctionnalité spécifique au système d’information interne. Lorsqu’il travaille pour une agence ou un cabinet de conseil, il intervient chez un client en tant qu’expert pour accompagner tous les types d’organisations dans leur transformation digitale et sur la manière de gérer et d’utiliser les données.

Project manager

Le terme est large, mais appliqué au monde des données, il consiste à planifier, budgétiser et superviser le ou les projets d’une entreprise en matière de gestion de projet numérique. Le project manager est un chef d’orchestre. Il doit animer des équipes et s’assurer de la coordination du fameux triangle d’or : budget, calendrier, qualité. Il peut ainsi travailler en lien avec un outil CRM, un intranet, un site marchand, une plateforme d’intermédiation ou dans la création d’une application mobile. S’il ne dispose pas d’une expertise verticale technique, il comprend tous les rouages d’un projet lié au data management et est responsable de sa bonne exécution. Tact, diplomatie, rigueur, organisation, leadership et communication sont des qualités clés.

Chief Data Officer

C’est un poste que l’on retrouve plutôt dans les grandes organisations où il a un double rôle : gérer la collecte et la qualité des données et s’assurer qu’elles soient utilisées par les bonnes personnes, au bon moment et pour la bonne problématique. Le chief data officer est un peu le « chien de garde  ​» de la donnée. C’est lui le garant du respect des règles éthiques et déontologiques mises en place au niveau corporate, mais également des lois au niveau local et supranational (RGPD notamment). Il joue aussi un rôle d’évangélisation de la data auprès des autres filiales et départements du groupe.

Data Protection Officer

Sa mission est liée à la sécurisation et à la protection des données. Le Data Protection Officer s’assure que les données de l’entreprise sont à l’abri de tout risque d’intrusion, de piratage ou de mauvaise utilisation. Une fuite de données pouvant avoir des impacts immédiats sur la confiance des utilisateurs et des investisseurs, le Data Protection Officer met tout en œuvre pour que l’intégrité des données reste inviolée. On est ici à la convergence de la sécurité informatique et de la gestion des données avec des profils souvent hybrides ingénieurs-managers. S’il ne fait pas tout le travail lui-même, le Data Protection Officer travaille avec des experts techniques et des ingénieurs afin d’optimiser la défense et la protection des données collectées. Il peut aussi piloter des stress-tests et des tentatives d’intrusion pour tester les défenses du système informatique.

Market Research Analyst

C’est le spécialiste des études de marché, des études marketing et des rapports complexes contenant de très nombreuses données. Grâce aux données collectées et analysées, il évalue les informations commerciales importantes qui peuvent aider une organisation à commercialiser son produit ou son service de la meilleure façon possible. Les données peuvent comprendre les données démographiques des consommateurs, les habitudes de dépenses et les tendances de vente, les besoins, les intérêts et les préférences. Entre marketing, données et statistiques, il travaille dans les grandes organisations, dans les cabinets de conseil ou au sein des agences spécialisées dans le recueil de données qualitatives et quantitatives.

 

Apprendre à connaître et à piloter des données fait aujourd’hui partie des cursus des écoles de management qui en ont bien compris la pertinence dans notre économie numérique. Une manière de cultiver l’employabilité et l’opérationnalité des étudiants en fin de cursus afin d’intégrer le marché du travail plus sereinement. Et grâce aux accords de doubles diplômes et des formations hybrides entre écoles de management et écoles d’ingénieurs, les étudiants peuvent se spécialiser et découvrir un secteur en plein développement.

Partager l'article :