Prendre rendez-vous

Télécharger la brochure

Haut de page

 Intelligence artificielle : tout savoir sur un sujet clé de la transformation digitale

Actualités

Actualités de l'école

Intelligence artificielle : tout savoir sur un sujet clé de la transformation digitale

Quand on parle d’intelligence artificielle (IA), on pense spontanément à la technologie, à la data science et aux écoles d’ingénieurs. Pourtant, la question de l’IA joue un rôle très important dans le monde du management, car toutes les fonctions sont touchées, du marketing à la finance, en passant par les ressources humaines ou la supply chain. Savoir comment l’IA fonctionne, ce qu’elle peut apporter et comment travailler avec sont des sujets stratégiques. En matière de transformation numérique, la crise de COVID-19 a permis de tirer des leçons importantes pour les dirigeants. L’un des enseignements les plus convaincants est le potentiel qu’apportent l’analyse des données et l’intelligence artificielle pour grandir avec résilience et confiance.

L’IA : l’alliée du manager

La crise sanitaire a accéléré l’adoption de l’IA, et cet élan se poursuivra dans les années futures. Selon une étude de PwC, 52 % des entreprises ont accéléré leurs plans d’adoption de l’IA en raison de la crise du COVID-19. Presque toutes, 86 %, affirment même que l’IA deviendra une « technologie courante »  dans leur entreprise à partir de 2021.

 

Les chefs d’entreprise prennent lentement conscience de la puissance et du potentiel de l’IA sur leurs activités. La question clé est de savoir comment les managers peuvent tirer parti des données pour avoir une meilleure vision sur les attentes de leurs clients. Les entreprises veulent aussi créer plus d’agilité dans leurs chaînes d’approvisionnement et leurs réseaux de distribution, créer de nouveaux modèles commerciaux alimentés par les données, et construire une stratégie en prenant en compte tous les ensembles de données pour optimiser leurs activités.

 

L’IA ne doit plus être vue comme une solution purement technique destinée à « jouer ​ » avec des données. Certaines fonctions au sein de l’entreprise, en particulier toutes celles requérant d’importantes interactions humaines, semblaient moins impactées par l’intelligence artificielle. Parmi celles-ci, la fonction managériale est au premier plan. Déléguer des compétences managériales telles que la prise de décision à une machine, paraît complexe. Or, dans ce domaine, de nombreux algorithmes voient le jour pour offrir des solutions prédictives et prescriptives. Et les exemples sont nombreux. L’IA va orienter un commercial sur tel ou tel client selon sa propension à acheter sa solution. Elle va conduire une voiture ou un camion pour faciliter le transport de personnes ou de marchandises. Elle va être capable d’anticiper d’éventuelles défaillances dans une chaîne de production. Elle va aussi choisir les meilleurs candidats pour un nouveau poste dans une entreprise.

 

Cela signifie donc utiliser l’IA comme un partenaire qui vient catalyser la puissance des données pour digitaliser non seulement ses processus internes, mais également l’état d’esprit de son organisation. ​ Plus besoin d’attendre une semaine qu’une équipe compile et agrège des données dans un tableur Excel qui sera ensuite présenté dans un PowerPoint en réunion. Avec l’IA, c’est la puissance brute de calcul et d’analyse qui rend la création de valeur palpable avec le temps réel comme seul horizon temporel.

 

Anticiper le futur nécessite de se réinventer aujourd’hui

Indépendamment de la crise sanitaire actuelle, beaucoup d’emplois sont à risque de disparition ou de mutation profonde dans les prochaines années. Pourquoi ? Car, ils peuvent tout simplement être remplacés, tout ou partie, par des machines ou des programmes informatiques, ou subir les changements des habitudes des consommateurs. 

 

Pour le premier point, selon une étude de Smartsheet, plus de 40 % des travailleurs consacrent au moins neuf heures par semaine à des tâches manuelles et répétitives. Des missions à faible valeur ajoutée, souvent dénuées de sens, qui pourraient être facilement automatisables. Le site « will robots take my job » a modélisé les chances que votre emploi – actuel ou celui que vous visez une fois sorti d’une école – soit remplaçable par une technologie nouvelle à moyen terme. Un comptable a ainsi 94% de chance de se faire remplacer. Un vendeur en magasin, c’est 92%. À l’inverse, un responsable des ressources humaines, c’est 0,6%. Une autre étude de McKinsey soulignait que près de la moitié des activités exercées par les travailleurs pourraient être automatisées. Cela signifie que beaucoup de salariés – des caissiers aux analystes  financiers – travailleront aux côtés de programmes informatiques. Une complémentarité homme-machine à laquelle il faut  s’adapter rapidement

 

Étant donné que l’intelligence artificielle prend de plus en plus le pas sur l’homme dans toute une série de tâches spécialisées, rendra-t-elle un jour les managers humains obsolètes ? Probablement pas, car il existe une capacité cognitive pour laquelle l’homme a encore un avantage considérable : sa capacité à définir exactement le problème à résoudre. C’est la clé pour découvrir des innovations révolutionnaires et s’adapter à un environnement en mutation rapide, où les soft skills n’ont jamais été aussi importantes.

 

Si vous souhaitez approfondir ce sujet, ou peut être vous orienter vers des études en lien avec le secteur de l’industrie, cliquez-ici !

Partager l'article :