Prendre rendez-vous

Télécharger la brochure

Haut de page

 Innovation : retour aux fondamentaux pour tout savoir sur le sujet

Actualités

innovation

Actualités de l'école

Innovation : retour aux fondamentaux pour tout savoir sur le sujet

Alvin Toffler, célèbre écrivain et futurologue américain, affirmait que « les illettrés du XXIe siècle ne seront pas ceux qui ne savent pas lire ou écrire, mais ceux qui ne savent pas apprendre, désapprendre et réapprendre. » Derrière cette citation se cache en pointillé la nécessité absolue de savoir et de pouvoir innover. C’est-à-dire la capacité à voir le monde différemment, à remettre constamment en cause ses propres idées et conceptions, et à chercher toujours à vouloir faire le meilleur. Et qui de mieux qu’une école de management engagée dans l’innovation depuis sa naissance pour en parler ?

L’innovation, c’est quoi au juste ?

La définition la plus académique provient du manuel d’Oslo. C’est un document à l’initiative de l’OCDE qui la définit comme « la mise en œuvre d’un produit, d’un service ou d’un procédé nouveau ou amélioré, d’une nouvelle méthode de commercialisation ou d’une nouvelle méthode organisationnelle dans les pratiques d’une entreprise, l’organisation du lieu de travail ou les relations extérieures. » 

 

Si l’innovation attire l’attention aujourd’hui, c’est parce qu’elle est à l’origine des plus grands succès commerciaux de notre temps. Amazon, Apple, Facebook, Tesla, Uber… que des grands noms de la high-tech américaine qui ont révolutionné nos habitudes de consommation, de communication et de déplacement en moins de vingt ans. Car le paradigme essentiel de l’innovation aujourd’hui est son facteur temps : les cycles d’innovation sont de plus en plus rapides et de plus en plus menaçants pour les acteurs historiques en place. Pour innover, il faut donc n’avoir peur de rien, remettre en cause le statu quo, apporter une valeur supplémentaire, et surtout toujours se mettre à la place du client ou de l’utilisateur en apportant une solution nouvelle à un problème.

Les degrés d’innovation

L’innovation est un terme générique qui regroupe différentes réalités, car il existe différents degrés d’innovation. Exemples :

 

  • L’innovation incrémentale est une nouveauté apportée à un produit ou à un service existant, qui l’améliore sans le transformer en profondeur. C’est, par exemple, le cas du Cherry Coke de Coca-Cola qui a créé une nouvelle gamme de boisson basée sur son best-seller en ajoutant des arômes de cerise.
  • L’innovation de rupture est une nouveauté importante qui modifie le produit ou le service en profondeur et qui transforme un marché existant en créant une valeur nouvelle. C’est l’exemple de l’iPod d’Apple qui a transformé la manière d’écouter de la musique grâce à un environnement intégré, une marketplace dédiée et un nouvel appareil facile à utiliser.
  • L’innovation transformationnelle contribue à transformer durablement un secteur d’activité par une mutation profonde de l’existant, l’élimination des anciens modèles et la création de nouvelles approches. Une innovation de cette puissance est rare et impose par ricochet d’importants changements économiques, sociologiques et consuméristes. C’est une innovation qui s’inscrit sur un laps de temps long. C’est le cas de l’appareil photo numérique qui a bouleversé tous les codes en vigueur en enterrant l’argentique et son industrie avec elle.
  • L’innovation radicale se situe à la frontière entre l’invention et l’innovation. Non seulement elle transforme et améliore radicalement un usage ou une habitude, mais en plus elle engendre un tout nouveau système économique. C’est le genre d’innovation qui se compte sur les doigts d’une main au cours du siècle écoulé. De l’invention de l’imprimerie qui métamorphosa la transmission du savoir, à celle des avions à réaction qui révolutionna le transport et l’aviation militaire, en passant par les grandes découvertes médicales, l’innovation radicale nécessite de la chance, des investissements conséquents et un travail de recherche important. Peut-être que les projets d’Elon Musk rentreront un jour dans cette catégorie (Space X, Hyperloop, Boring Company…).

Les types d’innovation

L’innovation est partout. Pourtant, on la résume souvent à la même chose : une technologie, une application ou un logiciel. Or, l’innovation est beaucoup plus vaste que cela et les entreprises peuvent parfois innover dans le savoir. Ce qui compte, ce n’est pas de vouloir innover à tout prix en rêvant d’imaginer le nouvel iPhone, mais bien de créer les conditions qui soient capables de libérer l’innovation en entreprise. Et en tant que futur jeune diplômé, ce sera votre rôle, et les possibilités sont immenses. Exemples :

 

  • L’innovation produit consiste en la création ou l’amélioration d’un produit en vue de développer ses affaires, gagner des parts de marché, imposer ou suivre une nouvelle tendance. C’est le cas du navigateur internet Chrome, du steak de soja, ou du vélo électrique.
  • L’innovation service vise à créer ou améliorer un service impactant directement le client, en lien ou non avec un produit physique. On peut citer la digitalisation du support à la clientèle ou encore l’émergence des banques en ligne, par exemple.
  • L’innovation d’expérience est la création de pratiques destinées à enrichir les émotions et les ressentis des clients et des visiteurs pour créer de la valeur. C’est le cas des Apple Stores qui enchantent la technologie avec un lieu de vie ouvert à tous ou de l’enseigne de mode Anthropologie qui théâtralise ses magasins en lieux de déambulations uniques.
  • L’innovation de processus permet de changer un processus interne afin de gagner en productivité, en rentabilité, permettant de travailler mieux ou plus efficacement. C’est ainsi que le système de production de Toyota a donné naissance au lean management.
  • L’innovation de modèle d’affaires pour créer un nouveau modèle économique permettant de générer des revenus de manière différente, comme on le voit depuis une quinzaine d’années avec le modèle en SaaS un système d’abonnement mensuel (Office 365, Adobe Creative Cloud, mais également Spotify ou Netflix).
  • L’innovation structurelle permet d’aligner et de structurer ses actifs et ses ressources (humains, matériels, idées et culture) afin d’être plus efficace, plus agile pour créer de la valeur. Au Canada, la compagnie aérienne Porter Airlines fait le choix de n’acheter qu’un seul type d’avion (le Bombardier Dash 8 Q400) afin d’optimiser la formation des pilotes, l’entretien et les procédures de fonctionnement. 
  • L’innovation technologique est un changement intégré dans un produit qui crée de nouvelles opportunités de marché et d’affaires. En général, ce sont des innovations qui proviennent des laboratoires de recherche des entreprises ou des universités, comme les puces RFID, les caméras dans les téléphones, le réseau 3G/4G/5G, l’internet des objets…
  • L’innovation sociale, sociétale, citoyenne et écologique a pour finalité première l’amélioration de la société par opposition à des systèmes existants ou par réaction à des besoins non comblés. C’est le cas du financement participatif, des monnaies locales, des licences open source, etc.

 

Que votre projet professionnel soit de créer une startup à la fin de vos études ou de rejoindre un grand groupe international n’y change rien. Si vous êtes capable d’adopter un état d’esprit innovant et de jouer le rôle d’un intrapreneur, votre carrière et vos projets pourraient prendre une tournure particulièrement intéressante.

 

Si allier vos études et innovation vous intéresse, cliquez ici !

Partager l'article :